• Sonia Rousseau

G comme Olympe de GOUGES (GOUZE)


« La France, devenue la mère de tous les peuples, doit détruire les tyrans de la terre » - 1788




SA NAISSANCE


Marie GOUZE nait le 7 mai 1748 à Montauban (82)



SA FAMILLE

Marie GOUZE, ou Olympe DE GOUGES est la fille supposée de Jean-Jacques LE FRANC DE CAIX, marquis de Pompignan et de Anne Olympe MOUISSET. Cependant, sur son acte de naissance, elle est déclarée , aux yeux de la loi, comme étant fille de Pierre GOUZE.




ARBRE GÉNÉALOGIQUE


SON MARIAGE


Olympe DE GOUGES se marie le 24 octobre 1765 à Montauban (82) avec Louis-Yves AUBRY.





Transcription

L’an mil sept cent soixante-cinq, et les vingt-quatre octobre, Louis Yves AUBRY, Officier de bouche de Messire DE GOURGUES, Intendante de Montauban, y résidant Paroisse St Jacques, natif de la Paroisse St Sulplice des Plaines, fils du sieurs Louis AUBRY, bourgeois de Paris, et de Demoiselle Catherine LOSSIA, mariés d'une part, et Demoiselle Marie GOUZE, haute de la Paroisse St Jacques, fille de feu sieur Pierre GOUZE et d'Olympe MOISSET mariés, d'autres part, ont épousé et reçu la bénédiction nuptiale dans notre église St Jean de Ville Nouvelle avec les solennité en tel les requises, après la proclamation des bans canoniquement faite dans notre Eglise St Jacques, pendant trois jours de dimanche dernier et le tout aux messes sans qu'aucun empressement canonique ni civil soit venu à notre connaissance et Mr Labbé de Chainarey, vicaire général ayant accordé dispense du second et troisième bans les dattes du jour d'hier duement indiqués et enregistrés au registre des insinuations ecclésiastiques du diocèse par Longlade commis le jours présent au mariage Antoine LEGOND, trafiquant, Gabriel DELBREL, cordonnier, Signés avec Nous, Antoine VIGUIRE, et Guillaume FOURNIER, qui requis de signer ont dit ne savoir.




Ensemble, ils auront un fils qu'ils nommeront Pierre AUBRY.





UNE FEMME REVENDICATRICE


Olympe DE GOUGES va revendiqué de nombreux sujets sociaux notamment sur la question de l'esclavage où elle va réclamer son abolition. La Convention va bien supprimer l'esclavage le 4 février 1794, mais il sera rétabli en 1802.


Elle est favorable au divorce également, et elle verra l'application de la loi qui institue le divorce en octobre 1792.


Olympe dénonce très tôt la misère et la pauvreté. Pour appuyer sa revendication, elle publie en décembre 1788, Lettre au peuple ou Projet d'une caisse patriotique par une citoyenne, puis Remarques patriotiques.


De même, elle va proposer la création de maisons d'accueil pour les personnages âgées, les enfants abandonnées, les femmes veuves, et toute personne défavorisée.


Elle est aussi en faveur de l'égalité pour les femmes et va avoir l'idée de créer un "Théâtre National" qui serait uniquement réservées aux femmes qu'elles soient actrices, auteures, ou spectatrices.


Dans ce même engagement, elle propose aussi la création d'une "Garde nationale de femmes", notamment à la suite de la fuite du roi à Varennes. Elle proposera même de seconder l'avocat de Louis XVI lors de son procès.



SON DÉCÈS


Olympe DE GOUGES meurt décapitée, place de la Révolution le 3 novembre 1793.






















17 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout