• Sonia Rousseau

C comme Marie CURIE (SKLODOWSKA)


« La vie n'est facile pour aucun de nous. Mais quoi, il faut avoir de la persévérance, et surtout de la confiance en soi. Il faut croire que l'on est doué pour quelque chose, et que, cette chose, il faut l'atteindre coûte que coûte »





SA NAISSANCE


Maria Salomea SKLODOWSKA, plus connue sous le nom de Marie CURIE, nait le 7 novembre 1867 à Varsovie en Pologne.


SA FAMILLE

Marie est la benjamine d'une fratrie de 5 enfants qui sont Sofia, Jozef, Bronislawa, et Helena SKLODOWSKA. Leurs parents sont Wladyslaw SKLODOWSKI et Bronislawa BOGUSKA.




ARBRE GÉNÉALOGIQUE




Marie CURIE grandit dans une famille qui met en avant la culture et l'apprentissage des langues et de la littérature. En Pologne, Marie ne peut pas faire d'études supérieures puisqu'elles étaient encore réservées aux hommes. Avec d'autres jeunes polonais, elle participe à une université clandestine pour contourner l'autorité russe.


En novembre 1891, elle part à Paris rejoindre sa soeur et entre à la La Sorbonne, pour faire une licence de sciences physiques, où elle sera reçue première de sa promo.


Par la suite, elle fait une licence en mathématiques, où elle sera reçue deuxième de sa promo.


En 1896, elle est reçue première à l'agrégation de mathématiques, ce qui lui ouvre les portes de l'enseignement, ce qu'elle ne va pas faire. Elle va se concentrer sur une thèse portant sur l'étude des rayonnements produits par l'uranium.


SON MARIAGE


Marie SKLODOWSKA se marie avec le scientifique Pierre CURIE, le 26 juillet 1895 à Sceaux (92).



Ensemble, ils vont avoir 2 filles : Irene CURIE et Eve CURIE.





UNE PREMIÈRE SCIENTIFIQUE FÉMININE RECONNUE


En 1 an, elle va découvrir le polonium et le radium !


Marie CURIE va donner des cours à l'Ecole Normale Supérieure pour les jeunes filles de Sèvres : elle sera la première femme à leur enseigner des cours.


Pierre CURIE déclare qu'il souhaitait que lui et sa femme "soyons considérés comme solidaires de même que nous l'avons été dans nos travaux" lors de la remise du Prix Nobel de janvier 1903.


En juin 1903, une conférence sur le radium est donné au Royal Institute de Londres, mais Marie ne sera pas autorisé à y participer puisque les femmes ne peuvent y parler.


La même année, elle passe sa soutenance pour sa thèse sur les substances radioactives, et obtient les félicitations du jury. Elle devient alors la première femme docteur en sciences physiques en France.


Dans la foulée, l'Académie royale des sciences de Stockholm attribue au couple CURIE le Prix Nobel de physique, avec Henri BECQUEREL, pour la découverte de la radioactivité. Là aussi, elle devient la première femme à recevoir un Prix Nobel de physique.


En 1908, elle donne des cours de chaire de physique générale et de radioactivité à la faculté de Sciences de Paris, ce qui la place en tant que première femme à occuper ce poste.


En 1909, Marie CURIE créé l'Institut du Radium avec 2 laboratoires, qui deviendra ensuite la Fondation Curie.


Le 7 novembre 1911, une remise rare de Prix Nobel se réalise : elle reçoit un deuxième Prix Nobel, celui de chimie, par le Comité Nobel de l'Académie Royale des sciences de Stockholm. Il lui est décerné pour sa préparation d'un gramme de radium pur.


Malgré l'obtention de son Prix Nobel, Marie CURIE se verra refuser l'accès à l'Institut de France par l'Académie des sciences, mais elle pourra être membre associé libre de l'Académie de médecine en 1922.


Durant la Première Guerre mondiale, elle va se mettre au service des armées, notamment en créant un service de radiologie, mais aussi en mettant en place des unités chirurgicales mobiles qui seront nommées "Les Petites Curies".


SON DÉCÈS


Marie CURIE décède le 4 juillet 1934 à Passy (74) à l'âge de 66 ans.






















20 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout