Rechercher
  • Sonia Rousseau

C comme Charron




Durant ce challenge A-Z de 2021, nous allons partir à la découverte des métiers perdus, ou qui persistent tant bien que mal dans le temps, malgré les nouvelles technologies.


Qu'est-ce que le métier de charron ?

"Artisan ou ouvrier qui construit et répare les trains des véhicules à traction animale (charrettes, chariots), en particulier, les roues de ces véhicules."


Le métier entre 1600 et 2000


C'est un métier majoritairement masculin.

On compte moins de 1% de femmes pratiquant le métier de charron.


C'est un métier majoritairement présent en France, mais aussi à Oran, en Algérie ou dans le Sud du Québec.


Voici le nombre de charron que l'on retrouve selon les recensements menés par le site collaboratif Geneanet :

Entre 1600 et 1700 : 252 397 charrons.

Entre 1700 et 1800 : 756 042 charrons.

Entre 1800 et 1900 : 1 044 240 charrons.

Entre 1900 et 1950 : 248 293 charrons.

Entre 1950 et 1975 : 55 571 charrons.

Entre 1975 et 2000 : 16 518 charrons.








La roue : élément principal du travail du charron


Le cœur du métier est sa maitrise de la roue. Le moyeu est en orme, les raies en acacia et les jantes en frêne.


Le cerclage est réalisé par forge et cintrage.


La roue est ensuite enchâssé à chaud.





Les charrons aujourd'hui


Durant de nombreuses années, chaque commune avait au moins un charron, puisque ce métier était essentiel pour le bon fonctionnement de la société et des transports.


A partir des années 1950, on voit une forte baisse du métier de charron, qui s'explique par l'apparition des pneus.


Aujourd'hui, il reste moins de 10 charrons en France. Cependant, au Canada, le métier reste encore présent.







Avez-vous des charrons dans votre arbre généalogique ?


Si vous avez des ancêtres qui ont exercés cette profession de charron ou si vous connaissez plus d'informations sur ce métier, n'hésitez pas à laisser un commentaire !





105 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout